Méthode de compte réciproque

(Dernière mise à jour le : 12/05/2022)

1. Le concept et la signification de la méthode de réciprocité des comptes

Le concept de méthode de compte réciproque :

La méthode des comptes réciproques est une méthode qui reflète les fluctuations des actifs, des sources de capital et des processus opérationnels présentés dans chaque transaction économique et financière qui en résulte. Cette méthode est constituée de deux éléments : les comptes comptables et les relations réciproques de comptes.

La signification de la méthode réciproque du compte :

La méthode des comptes réciproques relie la confection des documents et généralise la situation économique et financière de l’entreprise par le système des états financiers. La méthode des comptes réciproques joue un rôle important dans la gestion du patrimoine des entreprises et constitue un travail indispensable avant la mise en place d’un système de reporting financier.

2. Comptes comptables

2.1. Le concept et la structure des comptes comptables:

Un compte comptable est un outil et un moyen permettant aux comptables de refléter et de suivre les modifications des objets comptables (actifs, sources de capital, revenus et dépenses), chacun d’entre eux faisant l’objet d’un suivi sur un compte distinct. En d’autres termes, un compte comptable est un moyen de collecter des fonds provenant de transactions économiques et financières ayant un contenu similaire.

La structure de base d’un compte comptable est la suivante :

  • Nom du compte : est le nom de l’objet comptable reflété par le compte.
  • Le côté gauche du compte est appelé le côté débit.
  • Le côté droit du compte est appelé le côté Oui.

La division des côtés débit et crédit sur les côtés gauche et droit n’est qu’une convention d’enregistrement, mais n’implique pas de signification économique.

2.2. Principes de structure de compte comptable:

Un compte comptable est un moyen de refléter les fluctuations d’un objet comptable, chaque objet est répercuté sur un compte. Les objets comptables d’une entreprise sont divers et riches, une entreprise doit donc utiliser de nombreux types de comptes. La construction de la structure générale des comptes constituera la base de la conception des méthodes d’enregistrement sur les grands types de comptes comptables. Les principes de la structure des comptes comptables comprennent :

  • Il doit y avoir une variété de comptes de base pour refléter les actifs et le capital, ainsi que des comptes de régularisation pour les comptes de base.
  • La structure du compte reflétant les actifs doit être opposée à la structure du compte reflétant le capital, et la structure du compte ajusté doit être opposée à la structure du compte sous-jacent auquel il est ajusté.
  • Les montants supplémentaires sont reflétés du même côté que le solde d’ouverture, et les montants diminués sont reflétés de l’autre côté du compte comptable.

Comment enregistrer sur des comptes majeurs :

Sur la base du principe de structure de compte comptable, l’enregistrement dans le compte reflétant les actifs, les sources de capital, les coûts, les revenus et déterminant les résultats est illustré comme suit :

Le solde final d’un compte est déterminé par la formule suivante :

Solde de clôture = Solde d’ouverture + Augmentation totale résultante – Diminution totale résultante

Parmi les principaux types de comptes ci-dessus, seul le compte qui reflète les actifs et le capital a un solde, et les comptes qui reflètent les dépenses, les revenus et déterminent les résultats n’ont pas de solde.

3. Relation de compte réciproque

Le concept de relation réciproque de compte :

Au cours de l’existence et du fonctionnement de toute entreprise, des transactions et des événements économiques surviennent entre l’entreprise et ses divisions et des individus ou d’autres organisations et individus extérieurs à l’entreprise. Ces transactions et événements économiques sont appelés transactions économiques et financières. Les transactions économiques et financières sont comprises comme des événements économiques qui affectent la situation financière d’une entreprise. Selon la loi sur la comptabilité du Vietnam : “Les opérations économiques et financières sont des activités spécifiques qui augmentent ou diminuent les actifs, sources de formation d’actifs d’une unité comptable”.

La relation de compte réciproque est la relation entre les actifs et le capital, entre différents types d’actifs ou entre les types de sources de capital dans les transactions économiques et financières qui surviennent et affectent l’équation comptable. En raison de l’équilibre entre les actifs et le capital de l’entreprise, toute transaction économique ou financière qui survient peut tomber dans l’un des quatre types de relations de comptes réciproques suivants : Augmentation de cet actif – Diminution des actifs Autre, Augmentation d’une source de capital – Réduction une autre source de capital, Augmenter l’actif – Augmenter le capital, Réduire l’actif – Réduire le capital.

Quatre types de relations réciproques de compte :

Type 1 : Augmentation d’un actif – Diminution d’un autre

Cette relation réciproque ne se produit qu’au sein de l’entreprise. Dans cette relation réciproque, la taille totale de l’actif de l’entreprise ne change pas, lorsque cette relation réciproque se produit, elle ne fait que modifier la structure de l’actif. Cette relation de réciprocité se manifeste souvent dans les transactions économiques et financières telles que : acheter des actifs avec des espèces, recouvrer des créances en espèces, effectuer des placements financiers en espèces, utiliser de l’argent pour des emprunts, et des dépenses découlant d’actifs, payées d’avance au vendeur en espèces…

Par exemple: Décaissement d’un fonds en espèces pour l’achat de matières premières importées d’une valeur de 25 millions de VND. Dans cette transaction, l’actif « Cash » a diminué de 25 millions de VND et l’actif « Matériaux » a augmenté de 25 millions de VND.

Type 2 : Augmenter une source de capital – Réduire une autre source de capital

Les transactions économiques et financières résultant de ce type de relation réciproque ne modifient pas la taille des sources de capital ni des actifs, mais modifient uniquement la structure du capital de l’entreprise. Cette relation réciproque se manifeste souvent dans des opérations économiques et financières telles que : Générer de nouvelles dettes pour payer des dettes anciennes, utiliser les bénéfices pour constituer des fonds d’entreprises…

Par exemple: Déduction des bénéfices pour la création d’un fonds d’investissement pour le développement : la source de capital du “Bénéfice non distribué” a diminué tandis que la source de capital du “Fonds d’investissement pour le développement” a augmenté, le capital total est resté inchangé.

Type 3 : Augmenter les actifs – Augmenter le capital

Échelle des actifs et augmentation du capital du même montant après la réalisation des opérations économiques et financières. Cette relation de réciprocité survient souvent dans les transactions économiques et financières telles que : Recevoir des capitaux d’investissement des propriétaires, acheter des actifs à crédit, acheter des actifs avec de l’argent emprunté, engager des dépenses par emprunt ou par dette, des paiements, des revenus générés en espèces ou en créances, la réception de biens en l’avance des clients…

Par exemple: Achat de matières premières 15 millions de dong, qui ont été stockés mais pas encore payés au vendeur : Les actifs «Matériaux» ont augmenté, et le capital «Dettes aux fournisseurs» a également augmenté du même montant.

Type 4 : Réduction d’actif – Réduction de capital

La taille de l’actif et la source de capital diminuent du même montant après l’apparition des transactions économiques et financières. Cette relation réciproque se présente souvent dans divers types de transactions telles que le remboursement d’un prêt, la dette en espèces, le remboursement du capital aux propriétaires, etc.

Par exemple: Payer la dette du vendeur en espèces. Dans ce cas, l’actif “Cash” diminue et le capital “Paiements aux fournisseurs” diminue également du même montant.

En analysant les cas ci-dessus, les relations réciproques peuvent être généralisées selon le schéma suivant :

A travers les exemples ci-dessus, on peut remarquer que : Les transactions économiques et financières qui surviennent liées aux fluctuations des actifs internes ou des sources internes de capital doivent être inversement liées et les résultats n’affectent pas les résultats de la variation de la taille des actifs de l’entreprise. En revanche, les transactions économiques et financières liées aux fluctuations des actifs et du capital doivent être positivement liées et entraîner soit une augmentation, soit une diminution de la taille des actifs de l’entreprise.

4. Méthode de la double saisie

* Le concept de comptabilité en partie double :

La méthode de la comptabilité en partie double ou en partie double est une méthode consistant à refléter les transactions économiques et financières nées sur un compte comptable selon des relations réciproques en enregistrant au moins 2 fois avec la même somme d’argent générer au moins 2 comptes comptables qui ont une relation réciproque. Il s’agit essentiellement d’un débit sur ce compte et d’un crédit sur un autre compte qui a une relation réciproque avec lui pour le même montant.

Exemple 1: L’entreprise dépose 550 millions de dong en espèces sur un compte ouvert dans une banque. Cette transaction concerne le mouvement des liquidités et des dépôts bancaires dans le sens d’une augmentation des dépôts et d’une diminution de la trésorerie. Les liquidités et les dépôts sont tous deux des actifs, dans lesquels une augmentation des actifs est enregistrée sur le débit, une diminution sur le crédit, de sorte que cette transaction est débitée du compte de dépôt bancaire et créditée sur le compte de trésorerie.

Exemple 2 : Les entreprises empruntent des prêts bancaires à court terme pour rembourser la dette du vendeur de 900 millions de dong. Cette opération implique les fluctuations de deux sources de capital, à savoir les prêts à court terme et les dettes aux vendeurs, dans lesquelles les prêts à court terme augmentent et les dettes aux vendeurs diminuent. L’augmentation du compte de capital est enregistrée du côté crédit, la diminution est enregistrée du côté débit, de sorte que cette transaction est débitée des comptes créditeurs aux vendeurs et créditée au compte de prêt à court terme.

Exemple 3 : L’entreprise achète des marchandises en stock d’une valeur de 15 000 000 VND, n’a pas encore payé le vendeur. Cette transaction fait augmenter l’actif des biens, le capital payable au vendeur augmente également du même montant de 15 000 000 VND. Le compte reflétant l’augmentation d’actif est débité, le compte reflétant l’augmentation de capital est crédité d’un Crédit, cette transaction est donc enregistrée au Débit du Compte Marchandises et au Crédit des Comptes Fournisseurs au Vendeur .

Exemple 4 : Les entreprises paient des impôts au budget de l’État en transférant 1 000 000 VND. Cette transaction a entraîné une diminution des dettes fiscales et une diminution des dépôts bancaires du même montant de 1 000 000 VND. Le compte de réduction de capital est débité, l’actif est réduit par le crédit, donc cette transaction est débitée du compte d’impôt à payer et le compte de dépôt bancaire est crédité.

Termes comptables :

L’écriture comptable est la détermination d’une transaction économique résultante qui est débitée et créditée sur des comptes comptables spécifiés avec un montant spécifique. Ainsi, la comptabilité est un travail intermédiaire qui peut être effectué avant l’enregistrement des livres comptables afin d’éviter les erreurs et de créer des conditions favorables à la division du travail comptable.

Il existe deux types d’écritures comptables, simples et complexes. Les écritures simples sont celles qui ne concernent que deux comptes comptables (1 compte de débit et 1 compte de crédit avec un montant égal). Les comptes complexes sont ceux liés à au moins 3 comptes comptables ou plus (Débiter 1 compte correspond à Créditer plusieurs comptes ; Or débiter plusieurs comptes correspond à créditer un seul compte, le principe est que le montant total débité et crédité d’un compte dans un même compte est toujours égal.).

Exemple 5 : Les entreprises qui achètent des matières premières pour le stockage n’ont pas encore payé le vendeur au prix facturé TVA avec 10% de TVA qui est de 165 000 VND. Cette transaction est définie comme suit :

  • Débit sur le compte matériel : 150 000 VND
  • Débit TVA déduite : 15 000 VND
  • Avoir un compte Payable au vendeur : 165 000 VND

Exemple 6 : L’entreprise se retire de la banque pour rembourser le vendeur de matières premières 165 000, entre dans un fonds de trésorerie de 100 000, paie des impôts au budget de l’État 50 000 et paie des prêts à court terme à payer 250 000. Cette transaction est définie comme suit :

  • Dettes à payer au vendeur : 165 000 VND
  • Débit sur compte de caisse : 100 000 VND
  • Impôt sur la dette à payer : 50 000 VND
  • Prêts débiteurs sur compte : 250 000 VND
  • Avoir un compte bancaire : 565 000 VND

Les écritures complexes ci-dessus peuvent être décomposées en écritures simples lors de l’enregistrement dans les livres comptables. En principe, une clause complexe peut être séparée en clauses simples, mais à l’inverse, les clauses simples ne peuvent pas être regroupées en un seul poste complexe lors de l’enregistrement dans les livres comptables (pour assurer la clarté et peuvent vérifier les données comptables).

Principes et procédures de création de comptes :

La comptabilité doit respecter les principes suivants :

  • Déterminez d’abord le compte débiteur, puis le compte créditeur (l’habitude des comptables, Débiter d’abord – Créditer ensuite).
  • Le montant total crédité au débit des comptes doit être égal au montant total inscrit au crédit des comptes dans le même poste.
  • Une clause complexe peut être divisée en clauses simples, mais les clauses simples ne peuvent pas être combinées en une clause complexe.

Processus de réalisation des écritures comptables : A travers l’analyse et la présentation des exemples ci-dessus, quatre étapes peuvent être généralisées pour réaliser une écriture comptable comme suit :

  • La détermination des objets comptables apparaissant dans chaque transaction économique et financière qui en découle est reflétée sur les pièces comptables.
  • Déterminer la nature croissante et décroissante de chaque objet comptable.
  • Identifier les comptes comptables à utiliser pour la comptabilité.
  • Identifiez le compte et le montant du débit et du crédit.

La méthode de la double saisie peut être résumée dans le schéma suivant :

(Lytuong.net – Source de référence : topica.edu.vn)